Zoom sur la sécurité et la protection des hautes personnalités

Après le vol à main armée dont a été victime Kim Kardashian, un ancien commandant fonctionnel du SPHP reconverti dans le privé, explique sa façon de travailler avec les stars.
alt
Le 2 octobre 2016, la star américaine de téléréalité Kim Kardashian a été victime d'un des plus gros vols de bijoux commis ces dernières années en France. Plusieurs individus armés et grimés en policiers ont fait irruption dans la chambre d'une résidence hôtelière de luxe, l'hôtel de Pourtalès (Paris 8e), où elle séjournait. Le veilleur de nuit aurait été entravé. Selon une source proche de l'enquête citée par l'AFP, le garde du corps de la star était absent lors des faits.

Comment la sécurité des stars est-elle gérée lors de leurs déplacements en France?

L'ancien commandant fonctionnel du SPHP (Service de protection des hautes personnalités), aujourd'hui SDLP (Service de la protection) explique sa façon de travailler.

Comment s’organise la protection rapprochée d’une vedette comme Kim Kardashian?

Plusieurs cas de figure se présentent. Soit la personne débarque avec son ou ses propres agents de sécurité. Soit elle s'adjoint, en plus, les services d'une société privée française. Dans ce cas, nous complétons le dispositif, dont une partie peut également être prise en charge par les forces de l'ordre lors de certains événements.

On procède d'abord à une réunion préparatoire, en vue de l'élaboration d'un plan de sécurité et de protection qui permettra d'assurer la sécurité de la star, à partir du moment où elle pose le pied sur le sol français et jusqu'à son départ de l'aéroport. C'est ce qu'on appelle de la sécurité rapprochée "à 360 degrés et en 3D".

On met notamment en place un dispositif dit de "box", boîte en anglais, c'est-à-dire une "bulle" de protection hermétique assurée par plusieurs gardes du corps, dans laquelle personne ne pourra entrer. La star sera ainsi protégée sur tous ses déplacements. A pied, en voiture...

altalt

Comment gérer la sécurité des people lors d'événements publics?

Tout lieu dans lequel la star va se rendre doit avoir été repéré par ce qu'on appelle "l'advance team", soit un agent chargé de faire les reconnaissances nécessaires sur site. Cette personne est le guide, l'informateur et l'assistant permanent du dispositif de protection rapprochée.

La star ne peut pas se rendre dans un lieu qui n'a pas été repéré au préalable. C'est ce repérage qui va nous garantir qu'à son arrivée, tout va bien se passer. Ce qui est évidemment également valable pour les lieux d'hébergement : hôtel, hôtel particulier, palace, résidence privée...

Un hôtel particulier, comme celui où résidait Kim Kardashian, est-il plus facile à sécuriser qu'un hôtel de luxe?

Peut-être, dans le sens où il y a moins de flux, moins de passage et qu'on peut donc davantage contrôler la zone d'opération, alors que dans un hôtel classique on entre et on sort en permanence. Mais il est vrai aussi que dans un palace classique, la présence du personnel en nombre, de l'accueil et de la vidéosurveillance, peuvent également aider.

Dans un hôtel particulier, une "garde résidence" doit être mise en place afin de couvrir l'ensemble des zones : entrée, couloir d'accès, garde de la porte, porte de la chambre du VIP, équipe complète en contact radio permanent... Quoi qu'il en soit, tout lieu peut être sécurisé de manière performante si on est bien organisé.

Quelles sont les principales difficultés en matière de sécurité rapprochée avec les stars?

De manière générale, la gestion des fans est compliquée. De nouveaux problèmes sont récemment apparus, comme la mode des selfies. Les gens veulent prendre la personne par le cou, viennent à son contact... C'est très difficile à gérer pour la sécurité. D'où ce nécessaire état des lieux, qui doit être fait dès le départ avec le chef de la sécurité.

Le client pose alors ses conditions. Par exemple : "Personne à moins de 10 mètres", ou "Vous me regarderez et je vous dirai si untel ou untel peut s'approcher"...

Si ce paramétrage opérationnel n'est pas défini en amont, c'est ingérable. Or, on ne peut pas se permettre d'improviser. Par ailleurs, la question du programme des stars peut également s'avérer délicate. Certaines changent très souvent d'avis, d'envies... Il faut s'adapter tout en anticipant. Pas toujours évident. Cela dit, je constate que certaines stars sous-estiment la menace qui pèse sur elles.

Qu'entendez-vous par là?

Certaines sont très conscientes des dangers et organisent bien leur sécurité : elles nous informent en amont de leurs déplacements, connaissent nos besoins... D'autres en revanche, n'ont qu'un chauffeur qui endosse un peu tous les rôles : chauffeur, garde du corps... D'autres encore, comptent sur le fait que telle boutique de luxe où elles comptent se rendre est sécurisée, et baissent d'autant la garde.

D'autres, enfin, dévoilent de trop nombreux détails de leur vie quotidienne et de leurs déplacements sur les réseaux sociaux. En face, comme ça a été le cas la nuit dernière, les malfaiteurs sont des professionnels aguerris qui disposent des mêmes techniques que la police : ils planquent, suivent les personnalités, établissent une procédure, vont jusqu'au bout.
alt

Propos recueillis par Céline Rastello