Quels moyens pour la sécurité privée ?

Le marché de la sécurité en France se porte remarquablement bien avec une croissance de 4,2% en 2016 pour un chiffre d’affaire de 26,5 milliards d’euros (sécurité incendie compris). Certains secteurs ont connus une croissance des ventes significative : le gardiennage (+5.1%), la cybersécurité (+8,7%), la vidéosurveillance (+7,4%) ou l’alarme anti-intrusion (+6,4%), alors que dans le même temps d’autres secteurs percevaient une croissance moindre que les années passées, comme le contrôle d’accès par exemple.

Un besoin de sécurité maintenu, mais une baisse des budgets alloués

Dès 2018, les prévisions de budget pour les dispositifs de sécurité semblent se freiner. Après quelques années de hausse portées par la vague d’attaques terroristes, les directeurs sécurité prévoient une baisse de leur budget alloué à ce poste. Pour 42% des personnes interrogées, le budget sécurité 2018 sera en baisse tandis que 40% anticipent une hausse, 8% une stabilité et 10% ne savent pas encore.

Bien que la tendance budgétaire soit à la baisse, les directeurs sécurité n’ont pas pour autant prévu de renoncer à s’équiper… Le consensus sera peut-être à trouver du côté du ‘rapport qualité/prix’ des équipements. Une pression sur la baisse des prix sera probablement mise par les directeurs sécurité à leurs prestataires pour permettre aux entreprises de s’équiper ou simplement de maintenir leurs équipements sans pour autant trop imputer leur budget.

La sécurité privée: pour qui, pourquoi ?

La sécurité privée est sollicitée par des clients publics ou privés pour prévenir les atteintes aux personnes et aux biens. Les missions qui lui sont confiées se déroule dans un environnement plus ou moins dangereux. Elles impliquent de concilier plusieurs exigences: empêcher la commission de malveillances, intervenir dans le strict respect du droit, préserver l'intégrité des femmes et des hommes exposés à la violence et même contribuer à la prévention du terrorisme.

Le succès de chaque mission dépend d'abord du professionnalisme de ceux qui l'assurent, et qui représentent le socle fondamental des activités privées de sécurité. Mais la réussite passe, aussi, par le choix judicieux comme par le bon usage des moyens employés. L'image du vigile dont la simple présence suffit appartient à une époque révolue. Les agents utilisent non seulement des moyens éprouvés tels que les armes, mais encore des technologies nouvelles de plus en plus sophistiquées.

En outre, tous les professionnels de la sécurité privée évoluent dans un environnement complexe. Ils travaillent sur des sites où se côtoient parfois prestataires de services, des services internes, et les forces de sécurité publiques.

Evolution du cadre réglementaire

Professions réglementées, les activités privées de sécurité sont soumise à un encadrement juridique strict. La puissance publique détermine les prérogatives des acteurs et leurs moyens d'action. Les dispositions relatives à l'armement, comme celles qui déterminent les pouvoirs de certains agents, montre que l'environnement normatif est évolutif.

Dans ce contexte, les moyens de la sécurité sont-ils adaptés aux missions ? Quelles sont les évolutions souhaitables ou envisageables ? Jusqu'où l'Etat est-il disposé à aller ?