Les 5ème Assises de la sécurité privée

Les 5 ème Assises de la sécurité privée se sont déroulées le 5 février 2018 à l’École Militaire à Paris. Depuis la dernière édition de ce rendez-vous des acteurs de la sécurité privée en 2016, de nombreux chantiers ont vu le jour et la menace terroriste a modifié en profondeur la conception que les Français se font de la sécurité.

Un besoin urgent de coproduction

Gérard COLLOMB, ministre d’Etat, ministre de l’intérieur, a annoncé la nomination d’une mission parlementaire chargée, d’ici à la fin du printemps, de réfléchir au renforcement de la coopération entre acteurs publics et privés de sécurité.

Dans ce cadre, Monsieur Jean-Michel FAUVERGUE, député de Seine-et-Marne, ancien chef du RAID et Alice THOUROT, députée de la Drôme, avocate, conduiront les travaux nécessaires à la conception d’un continuum de sécurité, c’est-à-dire un partenariat étroit et renouvelé entre les forces de police et de gendarmerie (250 000 effectifs), les polices municipales (21 000 agents) et le secteur de la sécurité privée (160 000 salariés).

En effet, la co-production de services constitue un enjeu majeur de la sécurité du quotidien : la multiplication des périmètres de sécurité prévus par la Loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme du 30 octobre dernier, établis à l’occasion d’évènements rassemblant un public nombreux et permettant l’association des composantes publiques et privées de la sécurité, a démontré l’efficience d’une juste articulation des compétences de chacun autour d’un objectif commun, la sécurité de tous.

Quels objectifs pour la mission parlementaire ?

La mission parlementaire, nommée dans les prochains jours par le Premier ministre, aura donc comme objectif de redéfinir la répartition des tâches entre les forces nationales, les polices municipales et le secteur privé et pour la première fois, de définir une doctrine d’emploi de la sécurité privée en France. La réflexion portera naturellement sur le champ et les conditions d’intervention des agents de sécurité privée et le partage d’information et de renseignement entre les différents acteurs de la sécurité privée.

Elle proposera le cas échéant des évolutions législatives et d’une manière générale toute mesure permettant, par la modernisation des modes d’action respectifs et leur adaptation aux menaces actuelles, de renforcer notre capacité à prévenir, protéger et intervenir au bénéfice de la sécurité des Français.

alt

Résumé des phrases clés des 5ème Assises de la sécurité privée

Gérard COLLOMB - Ministre de l'Interieur

Il souhaite la création d'une carte professionnelle d'agent de sécurité dématérialisée afin de lutter contre la fraude documentaire. Instauration d'un vrai partenariat via un protocole officiel pour davantage d'échanges opérationnels et de partages d'informations entre les effectifs de sécurité privée et les forces de l'ordre; pour confier au privé des missions pilotée par l'Etat. A titre d'exemple, l'encadrement et la gestion d'un centre de rétention administratif dans un hôtel de police, l'externalisation de la mission SSIAP, la protection des personnalités, la garde de détenus hospitalisés, la gestion des scellés sensibles, ...

Plus de coopération dans la formation des agents de sécurité: la gendarmerie et la police pourraient bientôt accueillir des sessions de formations pour la sécurité privée.

Philippe ALLONCLE -Préfet, Délégué Interministériel aux Coopération de Sécurité

Il faut mieux définir les prestations sur les appels d'offres car les petites entreprises tirent les prix vers le bas. Concernant la garde armée, il conviendrait d'instaurer un salaire minimum, ou un taux horaire minimum.

Jean-Paul CELET - Directeur du CNAPS

Il faut lutter contre la fraude documentaire en contrôlant notamment davantage les centres de formations: en 2016, il y avait 650 centres de formations en France. En 2018, il y en a 415 et le CNAPS va continuer à les contrôler pour arriver à moins de 400 organismes. Le CNAPS souhaite pouvoir publier les suspensions provisoires d'activités. En 2017, 1661 défauts de cartes professionnelles.

Claude TARLET - Président de la FFSP

La convention collective de la sécurité privée doit être remise à plat, avec l'interdiction d'exercer pour les auto-entrepreneurs ou les entreprises unipersonnelles. Les prestations d'agents de sécurité armés doivent être facturées aux alentours de 90€HT/h.

CDSE

Le CDSE propose une tenue nationale et officielle pour les agents de sécurité privée.

En conclusion, Gérard COLLOMB a rappelé que sa conviction profonde est que nous sommes à l'aube d'une nouvelle ère pour la sécurité globale. Il a cité une phrase d'Euripide: "Aucun de nous ne sait ce que nous savons tous ensemble".