Les détectives privés en France

Sans diplôme, impossible aujourd’hui de gérer son agence de recherches privées, de faire des filatures et des enquêtes, dans cette profession qui a été très largement réglementée ces cinq dernières années.

Détective en 2016

Aujourd’hui, les détectives détiennent une carte professionnelle obligatoire, une autorisation du ministère de l’intérieur pour leur agence, un agrément professionnel pour la diriger. Ils doivent suivre une formation continue tous les 5 ans. Ils ont également un code de déontologie, et sont autorisés et contrôlés par un Conseil National des Activités Privées de Sécurité (CNAPS), établissement public administratif, placé sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, qui gère l’ensemble des métiers de la sécurité privée.

La profession de détective privé, en marche pour prendre toute sa place dans la coopération de sécurité intérieure

Acteur devenu incontournable, la sécurité privée est amenée à jouer un rôle essentiel dans la sécurité intérieure du pays, en raison notamment des événements dramatiques que la France a connus et de la menace terroriste persistante.

L’enquêteur ou détective privé peut, aujourd'hui, intervenir dans le cadre de très nombreux dossiers tels que :

  • Conflits familiaux (problèmes avec les enfants mineurs…),

  • Constatations liées à l'infidélité conjugale ou constat judiciaire d'adultère

  • Litiges professionnels (pratiques déloyales)

  • Litiges économiques (prévention des risques commerciaux, étude d’une entreprise et de ses dirigeants)

  • Litiges financiers (recherches sur débiteurs, solvabilité)

  • Litiges d'assurances (circonstances de sinistres, recherche d’une victime ou de ses héritiers pour verser des indemnités, contrôle du préjudice réel…)

  • Lutte contre la fuite d'informations : l'enquêteur est chargé de cerner l'origine des «fuites» afin d'y mettre un terme (elles peuvent être liées à un personnel malveillant, à de l'espionnage par micros: la «contre mesure électronique» permet de les localiser et de les mettre hors d'état de nuire) ou tout simplement de négligences, etc.
    alt
    alt

Les détectives en France: profils et quelques chiffres

  • 20% de femmes

  • Presque 30% d’entre eux sont d’anciens fonctionnaires de police ou de gendarmerie

  • 850 détectives privés installés comme indépendant ou en petite entreprise (salariés inclus) - hors enquêteurs d'assurance, recouvrement et intelligence économique, en situation régulière, c'est-à-dire agréés par le CNAPS

  • Les trois-quarts des agences de recherches privées ne disposent pas de salarié. Sur les 850 détectives installés, 638 n'ont pas de salarié

  • Estimation du marché des affaires familiales (40%) et des affaires industrielles et commerciales (60%)

  • En moyenne, le chiffre d’affaires d’un détective privé, sans salarié, se situe sous les 500 000 €

  • De plus en plus de détectives hautement qualifiés, rejoignent la formation obligatoire (ingénieurs, cadres de l’industrie...)

  • Près de 70 diplômés sortent des quatre formations officielles chaque année

  • Les directeurs des centres de formation agréés estiment que seulement 5% des
    étudiants diplômés restent sur le marché du travail

  • Une majorité des détectives privés sont installés en région parisienne et sur la
    Côte d’Azur (PACA) comme pour les avocats

  • Aucune agence officielle dans les départements du 2A, 03, 15, 16, 19, 23, 36,
    52, 53, 36

  • 678 agréments de dirigeant d’agence d’enquêtes privées (chiffre CNAPS mai 2015)

  • 904 autorisations d’exercer ont été délivrées à des agences de recherches
    privées (chiffre CNAPS mai 2015)

  • 3642 cartes professionnelles délivrées pour les agences de recherches privées (chiffre CNAPS mai 2015)

Quelques repères

En France, les chambres professionnelles respectives comptabilisaient 3 237 huissiers de justice en 2011, 60 225 avocats en 2014, 9782 notaires en 2015 et plus de 160 000 agents de sécurité en 2011, profession en très forte progression en nombre depuis 2015.

Il faut ajouter les 145 200 policiers, 98 150 gendarmes, 21 000 policiers municipaux, 7 150 agents de sécurité de la voie publique, 840 gardes champêtres, comptabilisés par le ministère de l’Intérieur en 2015. Il est certain que les détectives privés sont minoritaires en nombre.

alt