Les 4 ème Assises de la sécurité privée

alt

Les 4 ème Assises de la sécurité privée se sont déroulées le 5 décembre à l’École Militaire à Paris. Depuis la dernière édition de ce rendez-vous des acteurs de la sécurité privée en 2014, de nombreux chantiers ont vu le jour et la menace terroriste a modifié en profondeur la conception que les Français se font de la sécurité.

Un besoin de coopération

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a souligné dans son intervention le rôle important des agents de sécurité privée lors des derniers attentats terroristes qui ont frappé le pays. Pour protéger les Français, les différents acteurs de la sécurité doivent désormais s’engager dans la voie de la coopération.

Police et Gendarmerie nationales, polices municipales et sociétés de sécurité privée doivent pouvoir intervenir dans leur champ de compétences spécifique, en tendant vers davantage de complémentarité et des échanges d’informations toujours plus fluides.

Désormais, au sein de la Police ou de la Gendarmerie, chaque responsable de société de sécurité privéeaura un interlocuteur attitré pour répondre à ses interrogations et être informé de l’évolution des menaces qui pèsent sur le pays.

Concernant la sécurisation des événements publics, le secteur de la sécurité privée a su répondre aux besoins de nouveaux clients, notamment des collectivités territoriales. La circulaire du 5 janvier 2016, relative aux conventions locales de coopérations de sécurité, a été mise en oeuvre pour faciliter les échanges d’informations, grâce à un dispositif législatif souple.

Une profession mieux encadrée

Signé par l’ensemble des partenaires sociaux, l’accord de branche améliore les conditions de travail des 160 000 agents de sécurité privée, qui bénéficient également d’une formation adéquate et mieux contrôlée. Le renouvellement de la carte professionnelle sera désormais lié à l’obligation de suivi d'un cycle de formation continue. Ces dispositions participent à l’accroissement de l’attractivité du secteur auprès de candidats de qualité.

Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs précisé que l’armement de certains agents de sécurité privée sera encadré par des textes actuellement en préparation, débattus ensuite par la représentation nationale.

Début 2017, les services juridiques du ministère rendront un rapport d’étape concernant l'évolution du périmètre d’action des agents de sécurité privée sur la voie publique, notamment autour des bâtiments dont ils ont la garde.

Bernard Cazeneuve a salué la mise en place d’un système de contrôle des profils des agents, qui a permis d’examiner, sur la seule année 2015, les situations individuelles de plus de 3 500 salariés.

La dématérialisation des cartes professionnelles, préparée actuellement, facilitera le travail des services de police et de gendarmerie, pour vérifier l’appartenance professionnelle d’un individu.

Le soutien à l’innovation

Via la Délégation ministérielle aux industries de sécurité et aux cyber-menaces (DMSIC), le ministère de l’Intérieur soutient les start-ups françaises innovantes dans le domaine des nouvelles technologies de sécurité, telles que le développement des caméras intelligentes et des algorithmes prédictifs. Les acteurs de la sécurité privée participent à ces nouveaux défis technologiques, pour anticiper les exigences de demain.

En conclusion, Bernard Cazeneuve a rappelé que la sécurité restait en premier lieu une compétence de l’État, tout en appelant à un décloisonnement des cultures entre les différents cercles de la sécurité pour une réponse efficace et immédiate à la menace.

alt